Élaboré en 1985 par le Dr Jean Seignalet, le régime Seignalet n’est pas un régime stricto sensu mais plutôt un ensemble d’indications nutritionnelles semblables aux régimes méditerranéen ou paléo. La prémisse de base de ce régime est que les aliments modernes sont génétiquement différents des aliments ancestraux, et que le tractus gastro-intestinal humain n’a pas eu le temps de s’adapter à ces changements. Le Dr Seignalet croit également que la cuisson à haute température peut modifier la structure protéique des aliments, ce qui peut entraîner une auto-immunité ainsi qu’une altération de la flore gastro-intestinale.

Dr Seignalet croyait que ces protéines modifiées pourraient ne pas être complètement digérées, ce qui pourrait changer la flore bactérienne d’une flore de fermentation (physiologiquement préférée) à une flore de putréfaction (non physiologiquement préférée). Les bactéries, qui agissent sur les protéines putréfiées, créent des sous-produits toxiques qui peuvent causer de nombreux déséquilibres et entraîner des maladies. La philosophie de l’alimentation implique de manger des aliments non modifiés, qui peuvent être complètement digérés et assimilés, ou utilisés correctement par le corps.

Quelques mots sur l’inventeur du régime Seignalet

Jean Seignalet était un médecin français et biologiste. Il a pratiqué la médecine principalement dans les années 80 et 90, dirigeant l’unité de transplantation à l’hôpital de Montpelier, dont il est sans aucun doute un pionnier. Même aujourd’hui, son nom est associé à un grand prestige et il est respecté dans tous les milieux médicaux, conventionnels et holistiques. Sa grande curiosité et son intelligence lui ont fait découvrir le fameux système HLA gen, entre autres contributions à la connaissance médicale. Depuis le tout début, il était très intéressé par le traitement des maladies auto-immunes telles que la polyarthrite rhumatoïde à travers les régimes alimentaires.

Sa contribution la plus brillante a été la recherche sur les traitements diététiques des maladies chroniques telles que le cancer et les maladies auto-immunes. Son livre « Nutrition, le troisième médicament » devrait être obligatoire pour tous les patients souffrant de maladies chroniques. Le docteur Seignalet a traité plus de 3000 patients, avec différents degrés de sévérité (de l’asthme au cancer métastasique).

Après des années d’observation, le Dr Jean Seignalet a développé ce régime dont l’objectif principal est de restaurer la muqueuse intestinale devenue trop perméable par la faute de facteurs génétiques (enzymes) et environnementaux (microbes, médicaments, gluten …). Cette augmentation de la perméabilité de l’intestin grêle serait l’une des causes de certaines maladies auto-immunes, de l’avis de certains chercheurs. Ce régime peut être adopté par toute personne souffrant de pathologies dégénératives ou inflammatoires chroniques afin d’améliorer son état de santé général.

Il a développé son régime ancestral en combinant ses propres recherches avec le travail d’autres auteurs tels que Kouzmine. Il définit son alimentation comme le régime idéal pour l’être humain et tous les principes sont bien expliqués dans son livre. Dans un livre intitulé L’Alimentation ou la Troisième Médecine, il raconte les résultats qu’il a pu constater chez ses patients, résultats qu’aucun journal scientifique n’a accepté de publier. Son travail sur l’alimentation et la santé n’a jamais été reconnu par la communauté scientifique, et il a insisté sur le fait qu’il ne voulait pas guérir les maladies avec le régime hypotoxique, mais plutôt pour aider à prévenir leur apparition et soutenir le processus de récupération.

Ce personnage controversé est décédé en 2003, laissant derrière lui une communauté d’adeptes enthousiastes de son alimentation qui en vivent chaque jour. Même si ses recommandations spécifiques n’ont jamais été validées par ses pairs, dans un contexte de problèmes alimentaires croissants (comme la propagation de l’obésité dans les pays développés), le travail de Seignalet résonne avec l’idée que nous pouvons, dans une certaine mesure, être les meilleurs assistants de notre propre santé.

Les bienfaits du régime Seignalet

C’est le Dr Jean Seignalet qui a mentionné pour la première fois l’idée d’un troisième médicament sous forme de nourriture, après la médecine classique et la médecine alternative. Ce régime hypotoxique, assez proche de l’esprit du régime paléo, aurait des effets bénéfiques sur un grand nombre de maladies auto-immunes, dont la polyarthrite, le rhumatisme, la sclérose en plaques, les rhumatismes, la maladie cœliaque … Ce régime ancestral lutte également contre le cancer, les migraines, les psychoses maniaco-dépressives, le diabète de type 2, la dépression nerveuse, le psoriasis, l’urticaire et l’asthme. Ce régime est assez restrictif, car il nécessite une sélection rigoureuse des aliments et le respect de certaines règles de base. Le régime Seignalet aide également à perdre du poids comme pourrait le faire des gélules minceur, mais de manière plus traditionnelle.

Le chirurgien français et chercheur en immunologie Jean Seignalet est une personne qui a consacré sa vie professionnelle à explorer les liens entre le mode de vie humain et la santé, en se concentrant en particulier sur l’alimentation. Son travail était controversé au sein de la communauté scientifique, mais il a néanmoins attiré l’attention sur la question importante de savoir comment nous pouvons être les acteurs de notre propre bien-être.

Seignalet a présenté les résultats obtenus par le changement nutritionnel chez une centaine de patients. Parmi eux, 91 ont répondu positivement au programme. Certains étaient considérés comme incurables par la médecine conventionnelle, ce qui peut générer de l’espoir pour de nombreux patients. Selon l’auteur, les patients traités par la nutrition ont strictement appliqué le régime hypotoxique et les effets étaient perceptibles après une période variant de quelques mois à plusieurs années.

Seignalet ne recommande pas d’appliquer ce système en substitution du traitement médical. Au contraire, il s’agit d’adopter un mode de vie pour prévenir la maladie ou améliorer la tolérance du patient à un traitement très lourd, comme la chimiothérapie ou la radiothérapie. Seignalet insiste sur le fait que le régime ne guérit pas les maladies: tout au plus induit-il une rémission.

Principes de base du régime Seignalet

Jean Seignalet pose sa proposition de régime suivant une idée de base: certains aliments modernes ont été modifiés et sont différents de ceux que consommaient les premiers hommes. Par contre le système digestif de l’homme moderne ne s’est pas modifié pour s’adapter à ces changements.

Cette modification de la nourriture est issue de la mutation génétique provoquée par l’agriculture, dans le cas de certaines céréales, ou par la cuisson à haute température, qui modifie la structure protéique. Ainsi, les protéines qu’on mange peuvent ne pas être complètement digérées, altérant l’équilibre de la flore intestinale. Les bactéries de fermentation sont remplacées par des bactéries nuisibles, ce qui crée des toxines dont l’absorption perturbe l’équilibre du corps.

Cette altération peut se traduire par l’élimination de certains principes bénéfiques, par l’accumulation de toxines, ou par la stimulation du système immunitaire par des protéines nocives, comme c’est le cas des maladies auto-immunes. La philosophie du régime consiste à manger des aliments non modifiés, qui sont complètement assimilables. Le régime Seignalet promeut l’exclusion des céréales, à quelques exceptions près, l’exclusion des produits laitiers, la consommation préférentielle de produits crus (plus de 70% du régime devrait être cru), l’utilisation d’huiles vierges, obtenues par pression à froid, la priorité aux produits biologiques et la consommation fréquente de probiotiques.

Méthode d'agriculture moderne

Les méthodes d’agriculture ont beaucoup évolué

Place des céréales dans le régime Seignalet

Le régime Seignalet exclut les céréales «modernes»: le blé, le seigle, l’orge, le kamut, l’épeautre et même le maïs. Toutes les céréales obtenues par modification génétique ou sélection sont difficiles à digérer et notamment celles contenant du gluten car elles peuvent provoquer une intolérance. Toutefois, le riz, le sarrasin et le quinoa sont acceptables.

Les céréales modernes sont interdites, car elles ont mutées à cause de la sélection opérée par l’agriculture. Le blé moderne a 21 à 23 chromosomes, alors que le blé « ancestral » n’en avait que 7. Cette modification affecte la structure protéique, qui peut agir comme une toxine car n’étant pas complètement digérée. Ces toxines agissent également dans l’intestin, modifiant la flore intestinale et créant une flore pathogène qui affecte la paroi intestinale et crée encore plus de toxines.

Le blé est dangereux, pour les raisons ci-dessus. Ainsi, les aliments qui le contiennent doivent être éliminés. Le maïs est dangereux pour les mêmes raisons que le blé: la plante d’origine mesurait un demi-mètre, alors que la plante moderne mesure 3 mètres de haut. L’orge, le seigle et l’avoine doivent être exclus, car ils sont issus de la même famille que le blé. Le riz est accepté. Il est resté dans sa forme préhistorique sauvage, et l’expérience clinique prouve qu’il est rarement nocif, même cuit. Le sarrasin est très bien toléré par les patients et est autorisé. Le sésame est aussi très bon.

Seignalet n’a pas d’opinion claire à propos des céréales africaines (mil, sorgho …) et autres (amarante, quinoa …). Ils sont probablement inoffensifs, car ils n’ont jamais été cultivés de façon intensive. Des études récentes montrent cependant que le millet est aussi probablement une céréale mutée, et devrait donc être exclu. Il est possible d’utiliser de la farine provenant d’aliments acceptés comme le sarrasin, le quinoa, le soja, le pois chiche, le riz et la banane. L’amidon de blé et de maïs sont autorisés, car ils ne contiennent pas de protéines sous leur forme purifiée.

Place des produits laitiers dans le régime Seignalet

Le lait de vache est un aliment très nutritif … pour un veau en pleine croissance. Les humains peuvent juste digérer le lait de leur espèce, et seulement pendant la période de lactation. La protéine principale du lait, la caséine, est difficile à digérer complètement par l’homme, créant de nombreux problèmes digestifs. Ce régime exclut le lait d’origine animale (vache, chèvre, brebis, jument) et leurs dérivés (beurre, crème, fromage, crème glacée). Ces produits contiennent des protéines induisant des allergies et de nombreuses hormones de croissance. Beaucoup d’adultes ne produisent pas de lactase, une enzyme vitale pour leur digestion.

La laiterie est interdite (vache, mouton, chèvre …), ainsi que les produits laitiers (beurre, fromage, crème, yogourt …). Cette suppression ne provoque pas de carence en calcium, car les autres aliments du régime sont déjà riches en calcium et le corps absorbera le calcium en fonction de ses besoins. Le lait de soja et le yogourt sont de bons substituts aux produits laitiers classiques. D’autres laits végétaux sont également disponibles: amande, noisette, riz …

Lait de vache, prohibé dans le régime Seignalet

Le lait de vache est prohibé dans le régime Seignalet

Place des protéines d’origine animale dans le régime Seignalet

Il est préférable de manger de la viande crue (carpaccio, steak tartare …) ou juste un peu. Les produits carnés crus sont autorisés (jambon de Parme, saucisses, salami …), tandis que les produits cuits sont interdits (jambon cuit …).le vrai foie gras (foie gras d’oie) est autorisé, car on sait que sa graisse est saine. Le pâté commun ne l’est pas, car il contient généralement du lait et de la farine.

Pour ce qui est de la viande et des œufs, moins c’est cuit, mieux c’est. Cependant, le poisson cuit est moins dangereux que la viande cuite. Il peut être donc cuit à la vapeur ou cuit à basse température. Les coquillages sont autorisés et il est même recommandé de les manger cru. Les œufs doivent juste pochés. Les œufs cuits sont interdits.

Place des fruits dans la méthode Seignalet

Tous les légumes et fruits sont autorisés (et recommandés). Ils devraient être consommés en grandes quantités. Les légumineuses sont autorisées comme légumes verts. Il est admis comme exception de les cuire dans un autocuiseur. La consommation des fruits secs est encouragée. Le docteur Seignalet conseille de manger beaucoup de figues, de dattes, d’amandes, de noix, de noisettes, et d’olives. Ils doivent cependant être mangés crus, jamais grillés.

Les huiles

Le régime exclut les huiles pressées à chaud ou cuites. Les procédés industriels de production d’huiles et de margarines à l’aide de solvants, l’affinage, la décoloration et la désodorisation dénaturent les acides gras. On priorisera les huiles pressées à froid issues de l’agriculture biologique. On privilégiera l’huile de colza, de noix et de noisette et on consommera régulièrement de petits poissons gras (sardines, anchois, maquereaux …) pour leur teneur élevée en acides gras oméga 3 (EPA et DHA).

Seignalet recommande l’huile d’olive car elle contient des acides gras mono-insaturés. Il recommande également les huile de noix, de soja et de canola, car elles apportent de l’acide alfa-linoléique. L’huile d’onagre et l’huile de bourrache sont conseillés, car elles apportent de l’acide bêta-linoléique. Toute huile est bonne quand elle est vierge et extraite par pression à froid. Les huiles raffinées sont de ce fait exclues

Autres aliments

Seignalet conseille de manger du miel et du pollen. Le chocolat doit être noir, biologique et être fait avec du sucre brun ou d’autres édulcorants naturels (agave, sirop d’érable, miel). Le sucre blanc doit être éliminé et remplacé par du sucre brun, beaucoup plus riche en minéraux et en vitamines.

L’eau du robinet et l’eau minérale apportent des oligoéléments et des minéraux. Les boissons riches en sucre blanc comme le soda et le jus commercial sont exclues. La bière est exclue, car elle contient des protéines d’orge. Le café et le thé sont tolérés en quantités raisonnables. La consommation d’Achicoria est recommandée. Toutes les boissons alcoolisées sont autorisées en quantité modérée, sauf la bière qui reste exclue.

Le sel, le poivre, le vinaigre, le citron, l’ail, le persil, la moutarde, le curry sont autorisés. Il est recommandé de limiter la consommation de sel et de ne pas prendre de sel raffiné. Il faudrait plutôt opter pour des sels complets comme le sel de Maldon, et le sel de l’Himalaya.

Sel de l'Himalaya

Idéalement, privilégier le sel de l’Himalaya

Mode de cuisson et de préparation des aliments suivant le régime Seignalet

La méthode Seignalet exclut les produits cuits à une température supérieure à 110 ° C. La cuisson à haute température dénature la nourriture et ses nutriments. Les vitamines, les antioxydants et les acides gras essentiels deviennent difficilement assimilables ou même toxiques lorsqu’on les fait cuire à des températures élevées. Les méthodes de cuisson à privilégier sont la cuisson à la vapeur ou l’ébullition douce.

Il faudrait éviter autant que possible la cuisson des aliments. Il est important de manger le plus d’aliments crus possible. Plus de 70% de l’alimentation doit être crue. Lorsque la cuisson est nécessaire ou inévitable, les températures ne doivent pas dépasser 110 ° C. on fera cuire de préférence les aliments à la vapeur. Au-delà de cette température (et surtout à plus de 200 ° C), beaucoup de mutagènes, de molécules de Maillard et d’isomères sont créés. Celles-ci se transforment en toxines une fois dans le   corps.

Il est recommandé de prendre un supplément de vitamines et minéraux. Les suppléments de vitamines, de sels minéraux et d’oligo-éléments font partie intégrante du programme nutritionnel du Dr Seignalet. Il est permis de frire très légèrement, de faire mijoter, de cuire à la vapeur ou de déshydrater les aliments, car toutes ces méthodes n’atteignent pas des températures élevées. La friture à plus de 200°C n’est pas recommandée, ni la cuisson au four, qui peut même atteindre 280ºC. Si l’on veut suivre scrupuleusement le régime Seignalet, il faudra manger les aliments fumés avec modération en raison de leur effet cancérigène sur l’estomac.

Mesures complémentaires du régime Seignalet

Durant la méthode Seignalet, il est vivement recommandé de ne pas fumer. Faire de l’exercice physique de façon routinière est conseillé. De même, il est conseillé de prendre des produits probiotiques pour réguler la flore intestinale.

Comment traiter la cellulite avec le régime hypotoxique du docteur Seignalet

La cellulite résulte de l’action néfaste des toxines. Par conséquent, il faut trouver un moyen d’empêcher la rétention de substances toxiques dans le corps. Le corps se nettoie par l’excrétion régulière de substances toxiques par les reins, les selles et la peau. Augmenter la quantité d’urine, prévenir la constipation et activer la transpiration constituent des actions bénéfiques pour l’élimination des toxines.

Étant riche en substances nutritives, les fruits et légumes frais sont les principaux constituants d’un régime de purification du corps. Ils sont facilement digérés et contiennent beaucoup de fibres. Afin de bénéficier de tous les bienfaits du régime Seignalet, on y inclura des herbes diurétiques telles que les asperges, le pissenlit, les artichauts, les choux, la laitue, les poireaux, le citron, l’orange et le pamplemousse. On évitera les viandes fumées et salées qui contiennent souvent des additifs qui augmentent considérablement la capacité de rétention d’eau dans les cellules. On consommera le moins de sel possible et on boira au moins 8 verres d’eau par jour, en prenant le premier à jeun le matin. On boira aussi une tasse de thé de pissenlit tous les jours.

Le pissenlit contient des éléments qui augmentent la capacité du foie à décomposer les déchets et les toxines et aide à l’élimination de l’eau du sang par les reins. On ajoutera des feuilles de pissenlit aux salades ou les préparera comme des épinards. La même chose s’applique aux orties. On boira du thé vert et on équilibrera la flore intestinale par des probiotiques thérapeutiques. L’activité du corps est cruciale pour la prévention et le traitement de la cellulite, car elle renforce les muscles et améliore le métabolisme et l’échange d’oxygène.

Pissenlit

Le pissenlit possède certaines vertus méconnues

Le livre de Jacqueline Lagacé sur le régime Seignalet

Pendant des années, Jacqueline Lagacé a souffert de douleurs arthritiques débilitantes dans ses mains, sa colonne vertébrale et ses genoux. La médecine conventionnelle n’a apporté aucun soulagement, et Lagacé, chercheuse médicale, a commencé à chercher des alternatives.

Cette recherche sur le régime Seignalet l’a amenée au travail du Dr Jean Seignalet, un expert en thérapie nutritionnelle, qui a utilisé une nutrition ciblée pour traiter des patients souffrant de maladies inflammatoires chroniques. Son approche a été appelée le régime hypotoxique, et il a atteint un taux de réussite de 80% avec elle. En suivant son régime alimentaire, Lagacé a éprouvé un soulagement de la douleur dans ses mains dans les dix jours qui ont suivi, et a retrouvé l’usage de ses mains en 16 mois. Sa douleur au dos et aux genoux s’est fortement réduite.

Dans Comment j’ai vaincu la douleur et l’inflammation chronique par l’alimentation, Lagacé explore comment nos corps sont en guerre avec notre régime occidental moderne. Elle étudie minutieusement la science du traitement des maladies inflammatoires grâce à la thérapie nutritionnelle et explique pourquoi la consommation de blé, de produits laitiers et de protéines animales cuites à haute température perturbe l’équilibre de la flore intestinale et stimule la croissance de bactéries pathogènes. Citant des études scientifiques récentes montrant comment et pourquoi ces aliments sont potentiellement pro-inflammatoires, Comment j’ai vaincu la douleur et l’inflammation chronique par l’alimentation est l’endroit où commence le soulagement.